La Marche de Djelma


Djelma a marché! Enfin, presque, il lui manque encore quelques membres pour ça… Mais, cela ne saurait tarder :

En effet, samedi 17 septembre, rroms et gadjés (non-rroms) ont marché et dansé main dans la main, unique moyen de lever la malédiction que Barbulo, le maléfique, avait jeté à cette jeune migrante rromni dont le seul crime fut d’aimer un non-rrom! Enragé par cette union culturelle, le sorcier avait transformé sa victime en tête géante flottante, la privant de corps. Barbulo pensait impossible que rroms et gadjé fassent cause commune. Or, samedi, UN BRAS EST APPARU.

Comment? Pourquoi? Réponse simple: le Festa Rromani Carnaval.

Le Carnaval est la troisième étape d’un projet initié par le di mini teatro « La Marche de Djelma ». Ce projet s’est vu porté par de nombreuses associations, et cela même a l’internationale. La première étape se déroula en Hongrie, où le di mini participa à une Académie d’été dans le village de Sakàcsi, un village de rroms restés sédentaires après la fin de l’ère soviétique. En France, puis en Allemagne, des jeunes français et allemands ont travaillé ensemble avec des réfugiés et des rroms. La création d’un  spectacle fut l’aboutissement de cette aventure. Toutes ces pérégrinations avaient comme but de rassembler histoires et témoignages de migrance: ce sont toutes ces expériences de vie qui donnèrent le spectacle du Carnaval final.

Le spectacle raconte donc l’histoire de Djelma. Il était composé de 4 saynètes, entrecoupées de déambulations, accompagnées par une fanfare roman-gadji :

img_2297
– Djelma quittant son village controlé par la mafia

 
-Djelma voyageant difficilement grâce aux passeurs 


– Djelma rencontrant et perdant son amour aux contrôles de l’immigration Européens 

img_2485La Marche de Djelma. la Sastreski Fanfarella, Djelma et ses troubadours ... Saynètes de commedia dell'arte, musique et goûter clôtureront cette journée festive et multiculturelle. Un carvanal rromano-nordiste qui n'attend que vous !

– Djelma en France, retrouvant son amour perdu, Barbulo la maudissant, le bal réunissant les rroms et les gadjés, l’apparition du bras sur la géante.

Car qui dit Géante dit carnaval, car l’un des buts du Festa Rromani Carnaval fut aussi de mêler les cultures rroms à celles du nord. Alors les grands et les petits ont couru, sur les échasses qu’ils avaient construites, du stand maquillage à celui des bulles, en passant par le coloriage, les jeux géants en bois, et faisant l’inévitable détour par le goûter et les boissons chaudes. C’est grâce à eux que ce carnaval a vu le jour, et a grandi.
Et eux, c’est vous.
Vous, les spectateurs, sans qui cette édition du carnaval n’aurait pas été. Alors, si comme nous, vous voulez voir Djelma récupérer son corps, et la liesse autour d’elle grandir, dites nous ce que vous avez pensé du carnaval. Ainsi, le prochain sera plus gros, plus beau, et plus tout!

En attendant, merci à tous. Et à l’année prochaine!